Bientôt 6000 kilomètres au compteur. Samuel Huaux se dirige déjà vers l’Italie.

Publié le par Délir'tour

Vendredi 6 février, il était accueilli par Thomas au restaurant « La Capitainerie » à la Grande-Motte, station balnéaire très prisée durant l’été. La vieille, il a posé ses bagages sous les pins de la résidence « Les Paradores » au Cap d’Agde chez Michel Marbais, le papa de Frank Gillain, un très bon ami thudinien.

Le week-end précédent a été intense en émotion pour notre aventurier puisqu’il a une la surprise de voir une partie de sa famille et quelques uns de ses amis thudiniens débarquer à Saint-Cyprien. Il a avoué avoir versé quelques larmes après leur départ. Mais revoir ses proches lui a redonné la pêche pour aller au bout de son rêve.

Petit retour sur le chemin parcouru par notre globe-trotter. Sam a longé la côte atlantique de la France jusque Biscarosse. Au sud de Bordeaux, début novembre, il a croisé la route de Yohan, un cycliste breton de 34 ans avec qui il s’est lié d’amitié. Le Français, originaire de Dinan, est tombé amoureux du voyage à vélo après avoir fait un petit tour de France à bord d’un vélo couché. L’objectif de sa deuxième expérience à vélo : rejoindre l’Afrique du Sud pour la Coupe du monde de football qui aura lieu en 2010. Les deux voyageurs ont donc traversé la frontière espagnole ensemble sous une pluie battante pour rejoindre les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Ils ont pédalé côte à côte jusqu’au détroit de Gibraltar. En chemin, un troisième cycliste a rejoint le duo belgo-français. Sergio est camionneur et il vient du Paraguay. Lui, c’est l’envie de quitter sa cabine qui l’a emmené sur les routes de Saint-Jacques de Compostelle à vélo. Les 3 hommes ont donc roulé ensemble jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle. A trois, le rythme était beaucoup plus soutenu puisqu’il y en a toujours un qui motive les deux autres. Ces rencontres ont donc permis à Sam de trouver un bon rythme. Lors des premiers jours, sa moyenne atteignait à peine 50km par jour. Aujourd’hui, il en fait plus de 100 par jour sans aucun problème. Mais cette rencontre, c’était surtout une magnifique expérience humaine. Les 3 aventuriers ont beaucoup ri au cours de leur périple. A Saint-Jacques de Compostelle, le périple du Paraguayen s’est arrêté. L’heure de se dire au revoir et bonne continuation a sonné.

Les 2 Francophones, Yohann et Sam, ont poursuivi leur route. Ils ont longé la côte espagnole pour rejoindre le Portugal. Sam a passé le cap des 2000 kilomètres à l’Hopital, petit village perché à 1300 mètres d’altitude en Galice, dans le Nord de l’Espagne. Fin novembre, les deux vagabonds ont passé la frontière portugaise. Au jour d’aujourd’hui, le Portugal est le pays que Sam a le plus apprécié. D’abord pour ses paysages sublimes. « Porto est une très jolie ville mais ce n’est pas pratique de la visiter en vélo. Les rues sont très étroites et le dénivelé est important. Ca grimpe tout le temps et il y a beaucoup de monde en rue ». Il y a aussi Obidos que Sam a traversé, une ville qui ressemble un peu à Thuin. Il y avait là une ambiance de village où tout le monde semble se connaître. Les Portugais étaient aussi en plein préparatifs de Noël. Ce qui a rajouté une saveur particulière à cette ambiance. Et sur la route, les encouragements fusaient de toute part à la vue des deux cyclos. Autre raison pour laquelle Sam a particulièrement apprécié ce pays : l’accueil qu’il a reçu. Par exemple, à Aveiro, au Sud de Porto, Yohann et lui ont été accueillis par André et Claudia. Pour reprendre des forces, ils ont engloutis quelques crêpes que leurs hôtes leur ont gentiment préparées. Ils y ont passé deux nuits et d’après Sam, ils ont été « reçu comme des Dieux ». Les Belges sont très appréciés dans le pays. Leur joie de vivre, leur bonne humeur, et leur humour sont connus au delà de nos frontières.

Début décembre, Sam était à Salir do Porto, au Nord de Lisbonne. Il a entretenu le jardin de la seconde résidence de Pascal Albert pendant 3 semaines afin de renflouer son compte en banque. Pascal et sa copine ont rejoint Sam sur place durant une semaine. Pascal Albert travaille au Centre laïque de Thuin. Ce Thudinien a acheté cette maison au Portugal pour y passer ses vieux jours. Ses parents habitent dans la région depuis 20 ans. Fin décembre, après 3 semaines de dur labeur, Sam enfourche à nouveau sa bicyclette en direction de Gibraltar. Le 25 décembre, notre ami Sam s’est installé sur une plage portugaise entre Albufeira et Faro dans le district de Faro. Température 22° et ciel bleu azur. C’est là qu’il passera la nuit de Noël. Dinde de Noël et foie gras, on oublie. Il a soupé avec des pates accompagnées d’une petite bouteille de vin rouge. Pendant la nuit, mini tempête. L’eau est montée, montée, montée… et s’est finalement arrêtée à 6 centimètres de sa tente. Il a cru qu’il allait devoir replier sa tente. Mais il n’en fît rien. Pas de dégâts, juste une belle frayeur.

Le 26 décembre, une nouvelle page de l’aventure de Sam se tourne. Un nouveau chapitre commence puisqu’il a quitté le Portugal pour entrer en Andalousie. Il a planté sa tente dans un camping de Isla Cristina et il passé la barre des 3000 kms. Lors des derniers jours de l’année 2008, le Thudinien s’est un peu égaré. Il voulait éviter de passer par Séville. Mais il n’y avait pas de bateau pour traverser le Guadalquivir. Il a finalement dû rejoindre la capitale de l’Andalousie. Petit détour ou découverte approfondie de la région ? En tout cas, Sam y a rencontré un cycliste polonais cette fois. Il s’appelle Zbigniew mais se fait appeler par son surnom, plus facile à prononcer, Paco. Paco a jeté son dévolu sur l’Andalousie, qui est pour lui, la plus belle région d’Espagne. Les deux routards ont roulé ensemble de Séville à Malaga. Paco est originaire de Poznan et il travaille dans une usine qui produit des voitures en Angleterre. Ils ont passé le réveillon de la Nouvelle Année ensemble. Après avoir avalé une pizza, ils ont fait la fête dans le centre ville de Séville jusque 4h du matin. Champagne !

A suivre… Des nouvelles de Sam en 2009. A suivre aussi une interview de Sam

Commenter cet article